Dans les maisons d’arrêt

Le cinéma peut parfois être une bouffée d’air, une fenêtre vers un ailleurs, un outil de débat pour aborder des questions de société. En collaboration avec Les Yeux de L’Ouïe, Côté court travaille à faire du court métrage un outil de création de lien social, et intervient en milieu carcéral.

Avec les Yeux de l’Ouie

Côté court et Les Yeux de L’Ouïe s’associent pour des actions menées à la Maison d’arrêt de Villepinte et à la Santé. Les deux associations souhaitent partager avec le plus grand nombre l'importance de l'échange et de la diffusion d'images, comme vecteur de lien social.
En 2019, suite à un travail de réalisation mené par les Yeux de l’Ouïe avec un groupe de détenus, autour du film City of Tales d’Arash Nassiri, le réalisateur s’est rendu à la Maison d’arrêt. Son film a été mis en écho avec celui réalisé par les détenus, et une riche discussion a pu suivre la projection. Une rencontre inoubliable !
En 2021, le canal interne des maisons d’arrêt a été remis en route.
Il s’agit d’une chaine de télévision interne à l’établissement qui permet une immense liberté de programmation. Les Yeux de l’Ouie animent ce canal et ont proposé à Côté court une carte Blanche. Un programme de courts a ainsi été présenté aux détenus en mai 2021.

Jury « Bande à part »

Côté court et la maison d'arrêt de Villepinte s'associent une fois de plus pour permettre aux détenus de participer au jury du festival. En 2021, les conditions sanitaires n’ont pas permis de se retrouver au sein de la Maison d’arrêt pour un temps de projection et de débat collectif.
L’expérience a donc été tentée en virtuel !
10 volontaires ont visionné 10 films de la compétition fiction (avec présentation vidéo par leurs auteurs), et ont délibéré lors d’une matinée animée par Sonia Franco.
Ce Jury vise à donner une place à des personnes souvent invisibilisées, coupées du monde, et à faire entendre leur voix. L’expérience permet de valoriser leur prise de décision et leur autonomie au sein du festival, mais aussi au sein de la société.

En partenariat avec la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Ile-de-France, les Yeux de l'Ouïe et le SPIP (service pénitentiaire d'insertion et de probation)